Vivre.sa.vie

.

Vendredi 22 mai 2020 à 22:41

22h00.
Je viens de redescendre de mes montagnes, le temps de manger, de prendre une douche.
L’eau qui ruisselle sur le corps me ramène souvent à l’été, à la mer.

Dans les montagnes, rien de neuf. C’était le couchant. L’instant d’après. Le paysage touristique se referme. Dans le même temps, le trésor s’ouvre. Le soleil ne brûle plus, il change de couleur. Les couleurs deviennent plus franches, les sommets s’orangent, la golden hour. Je remonte le petit torrent et vois quelques chamois qui se courent après dans les derniers névés. Plus haut, les bruits des tétras lyre. C’est la première fois que je les entends, j’y retournerai pour tenter de les apercevoir. Tout est paisible, les parterres ne sont que des champs de fleurs. En toile de fond toute la chaîne du mont blanc. 
Je ne sais pas ce qu’il s’y passe.
Quelque chose t’attire. Comme un aimant. 

Je suis revenu écrire un peu par hasard, même s’il n’y en a pas.
Je me suis souvenu le bien que ça faisait d’ouvrir un monde et de s’y retrouver, de façon plus personnelle. Le fait de ne pas être lu à part peut être par vous trois ou quatre, mais sans y penser. N’avoir rien à perdre à être soi même.
J’imagine que ça aide à trouver ou garder son identité. 
Mais ça ne me sert pas qu’à ça. C’est un besoin. J’ai besoin de poser les choses, de me délester un peu.

Je souffre de vivre dans un monde qui ne me permet pas d’être moi même. 

On est tous différents et je ne sais pas le gérer.
Ca me dérange de vivre bêtement les choses, parce qu’il faut suivre certains principes et certaines règles.
J’ai encore envie de parler de masques. Mais c’est vrai, quel est l’intérêt de vivre les choses si c’est pour les vivre platement avec des gens qui portent un masque ? Je suis sûrement comme eux et je ne m’en rends pas compte. C’est certain.
Toi qui m’as vu, dis moi si je suis comme eux. 

Évidemment que je suis comme tous. Je ne parle pas comme j’écris.
Est ce que tous les gens ont les mêmes choses qui tournent dans leur tête et ils le gardent pour eux ? Qu’est ce qu’il y a dans la tête des gens ? Qu’est ce qu’il y a dans l’intime des gens ? Pourquoi personne ne dit rien ? J’ai l’impression d’être le seul à me demander ce qu’il y a dans la tête des gens. N’essayez pas de leur demander, ils répondront avec leur masque. 

Marion me parlait de son sado masochisme sans se poser de question. Elle posait cartes sur table. Elle ne semblait pas avoir la lumière à tous les étages mais elle vivait sa vie à fond, et sans masque. Ce qui pour le coup n’est pas forcément logique. 

Un aimant, donc. Cet aimant ridicule face à l’attraction d’un jean et d’une petite robe d’été. 


 

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast