Vivre.sa.vie

.

Vendredi 13 novembre 2015 à 18:46

 

A partir d'il y a quelques jours, ou depuis, je ne pense plus qu'à la Saintélyon.
Ca me rend très bizarre. Triste, d'abord. Comme si j'allais être abandonné dans la nuit au milieu de nulle part. Comme si je ne comprenais pas pourquoi j'avais payé (une fortune) pour vivre ça. Sauf que. Dans ma tête, la ligne est droite. Et je ne visualise pas la moindre option qui pourrait faire que je puisse y échapper. Je ne suis pas du tout prêt, puisque pas préparé. Je n'ai jamais fait un marathon et là, je m'apprête à partir pour 72km, avec un certain dénivelé. Puis le froid. La déshydratation. Les problèmes digestifs, tout ça.
Je dois (?) y aller, je dois (?) le faire, mais je ne sais pas pourquoi. C'est comme ça, c'est écrit peut être.

Je ne suis pas (encore) mort au fait. Mais j'ai été à un enterrement (encore). J'ai pleuré, cette fois. 

Pleuré un peu seul, un peu dans mon coin. Ma maman et ma soeur, pas loin. Je ne maîtrise pas trop tout ça, et je ne comprends toujours pas. En revenant j'ai pensé à l'Espagne, je ne sais pas pourquoi. Je me suis dit que c'est fou à quel point on peut oublier le malheur parfois. La bas on ne pense qu'à profiter, à se demander comment le faire et à essayer de rentabiliser. Comme quoi ça doit être vrai, qu'il y a des hauts et des bas dans la vie.

Au boulot à présent je brasse des millions. Je fais des heures, j'ai des responsabilités, le cerveau préoccupé, le tout pour pas un copec de plus. Cette vie est telle que je la détestais. Plate, neutre, carrée, droite. 
 
C'est pour ça que je cours. Quand ça ne va pas je me raccroche au trail. 
Je me dis que je rêverai faire cette course, courir dans ces endroits, me sentir voler, me dépasser. 
Le trail il ne te lâche pas, c'est complètement abstrait. Le seul qui peut lâcher c'est moi.
Et plus les kilomètres défilent, plus l'esprit s'évade, les tensions diminuent. 

J'ai besoin de me sentir bien dans mon corps.
Courir, faire du sport très régulièrement, manger végétarien, voire vegan.
Se sentir progresser, voir les kilomètres défiler, récupérer plus vite, être moins fatigué la journée. Tout ça.

Born to run. Eat and run.Tout ça.

 

Par a-demi-maux le Vendredi 13 novembre 2015 à 22:16
il faut le faire... pour toi.. pour te dépasser.. pour te sentir vivant.. ;)
Par Amelie Caubet le Jeudi 9 août 2018 à 9:08
Merci beaucoup pour ton article, je suis sur d’avoir pas mal appris
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast