Vivre.sa.vie

.

Vendredi 29 mai 2020 à 23:49

On en revient à l’origine.

J’ai ce besoin en ce moment.
Je ne peux pas exposer ma vie ici, comme quoi, ce que je disais l’autre jour est faux.
Dommage, je n’ai personne à qui me confier.
Je peux seulement divaguer ce qui est déjà une belle liberté.

A part ça. 

Tu me fusilles du regard. J’avais déjà le cœur en sang mais il a fini par lâcher. 
Mon cœur bat toujours. Moins fort, moins vivant. Est ce que je meurs ?
Je me suis surpris plusieurs fois, le regard vide.
Si vide.
Mon esprit est ailleurs, comme souvent mais comme à deux.
Il n’y a plus de rêves, mais une autre réalité.
Vivante.
Je me suis assis à terre, dans le sale, pauvre déchet. 
Tu n’y est pour rien, je n’étais pas armé.
Mes yeux se sont perdus dans les tiens, je dois me réveiller.

Se réveiller, mais si ce n’est pas un rêve, où se trouve cette réalité ?
Probablement derrière les barrières qu’on ne peut pas franchir sans se trouver blessé.
Cette réalité t’appelle, tu saignes mais tu continues d’espérer. 

Cette réalité est la plus belle, elle est douce comme un soir d’été.

Je te murmure qu’elle est comme toi, fragile, mais qu’elle sait exister.
Dans le cœur d’un homme et de ses pensées si profondes qu’on pourrait s’y noyer.

Je n’ose plus te parler pour ne pas t’abimer.
Ta peau est si douce, elle laisse glisser le souffle de ma bouche à côté.
Je n’ose plus te regarder pour ne pas m’abimer.
Je sens ta peau si douce, quand le vent s’engouffre dans ta robe d’été.
 

Ridicule.
Au fait y’a un modérateur ici ? Bite.
Edit : Apparemment, non. 


 

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast