Vivre.sa.vie

.

Vendredi 16 décembre 2016 à 22:34

 

En voiture je voulais me jeter contre un mur, m'arracher à toi, me cogner dans le dur, arracher le toit, me foutre en l'air à coup sûr.
Ricane dans ta vie boiteuse et sans canne, ris, calme, dans ton lit, salie, vulnérable et sans arme. 
Arrache toi, femme, de mes nuits, de mes flammes. Fuis, fuis, encore, vas-y fuis, que je te perde - des yeux, que tu en perdes le nord. Déboussolée d'une triste vie qui fonctionne sans métronome. Désaxée, jamais en face, toujours à côté, jamais de face. Trace. Que je te suive, que je t'attrape, que je t'enivre, que je t'enlace.
Rêve petit rêve, oublie de vivre, crève petit crève, pauvre soumis. Cabosse ton coeur contre ton corps, serre, serre le bien fort. Serre mon petit, qu'il se comprime entre tes doigts, et qu'il explooose ! qu'on en finisse une dernière fois. 

 

Vendredi 16 décembre 2016 à 21:44

 

On peut être ailleurs lorsqu'on s'oublie dans le jour.
Je n'étais pas là bas, Ailleurs. J'étais ailleurs, ici. Muet. Discret. A gratter gentiment dans le fond du trou noir. Bien au fond. 
J'y suis, j'y reste. Je ne mange plus. Les battements s'accélèrent et ne s'arrêtent jamais. Ils m'extirpent, dans la nuit, et m'arrachent au sommeil. Je suis à bout. Jamais au bout. Jamais tranquille. Jamais libre. Presque jamais. 
Le presque comme un bout de ficelle au bout duquel je suis pendu. Je suis foutu. Je suis perdu. 
 

<< Page précédente | 1 | Page suivante >>

Créer un podcast