Car comme le disent certaines personnes, la Mer, Elle, ne te déçoit jamais.

En l'occurrence, là , c'est moi qui déçois. Je déçois les gens qui s'attachent. Je déçois sans le vouloir, impuissant, à faire pleurer les gens.
J'imagine que je déçois, d'être un loup solitaire. Apeuré par cette vie qu'on me propose. Celle qui ne me fait pas envie.

Ce qu'elle ne sait pas, c'est que moi aussi, en mon temps, j'ai pleuré.

J'ai pleuré de me retrouver seul, face à la mer, si Libre, si Heureux, après avoir souffert pendant des années.

Bref.

Vous savez, quand je parle, on ne m'écoute pas. On s'en fout quoi. Je ne suis pas intéressant, c'est normal, je ne montre rien. Je suis transparent, parfaitement transparent. Je ne sers à rien, c'est comma ça. Et lorsque l'on pose une question et qu'on ne me répond pas, la confiance en prend un coup. Et quand je reparle et que personne ne réagit, la confiance en prend un autre coup. Et ainsi de suite, avec plein de coups, et quelques blessures. On ne meurt jamais entièrement de cela.

Dans ma minuscule tête de mec pas intéressant, j'ai toujours mille pensées qui se bousculent. Des rêves d'ailleurs, des envies de tout plaquer, des histoires qui s'écrivent de tout ce qu'il se passe tout autour et je rigole intérieurement. C'est nerveux. Je suis incompris mais tout va bien.
Je n'ai rien à dire, c'est comme ça. C'est que votre vie elle ne m'intéresse juste pas. J'aurai voulu passer ma vie à voyager, à ramasser des coquillages, à courir dans les montagnes, à m'allonger dans les champs.
Je rabâche et je fais ce que je veux.

Pas d'inquiétude. Je suis normal, je suis banal, je ferai des efforts d'intégration jusqu'à ce que la soupape éclate.