Je ne sais plus quoi dire. 
J'ai toujours été comme ça, trop silencieux aux yeux. Mais le silence colle à mes mots.
  

J'ai toujours la peur bloquée dans la gorge et le futur qui peine à s'écrire à l'indélébile.

Mon coeur est resté en Espagne depuis ma première fugue. Rêve ou réalité ?
J'ai l'impression que la vie s'écoule très vite. Très très vite.
J'ai l'impression qu'on ne revient jamais en arrière. Jamais.
J'ai le corps qui bout, qui bout encore. Et encore.
Pour rien ?