Vivre.sa.vie

.

Mercredi 16 juillet 2014 à 21:44


On aura le choix de tenir le cap à fuir la vie comme dans une cour de récré à courir plus loin que l'autre. Les portes qui restent ouvertes finissent toujours par prendre la poussière. En règle générale les humains qui ne la ferment pas ont en tête de la refranchir, revenir et se souvenir. Mais l'arrière et moi ça fait deux.
 L'arrière et toi ça fait trois. 

On peut faire le choix de ne jamais se souvenir, tout fini par s'effriter ou presque. J'ai vieilli, comme eux. Mes questions aussi. Tout se déforme, ma bonne volonté, ma sincérité, tout ça a pris un coup de vieux et a fait naître l'incompréhension, puis des choses plus négatives, plus noires, sorte de dégoût venu de nulle part mais venu quand même. 

Ca se redétruit à l'intérieur. C'est la vie. Ce sont des cycles. Serai-je à jamais amoureux de cette barre qui clignote en attendant les prochains mots ? Je la déteste tout autant. Tout comme je déteste écrire. 

Rassure moi, je ne vais pas mourir ainsi ?



Samedi 12 juillet 2014 à 22:17


Il faudrait avoir du temps pour tenir ce monde à jour. Mais je n'en ai pas. Pourtant je n'ai rien à faire. Je n'ai quasiment pas d'amis, je suis asocial, "inadapté" ils disent dans le dictionnaire. C'est ça, je dois être inadapté. Je me mens malgré tout pour vivre comme tout le monde, mais vivre dans le sens premier du terme. Faire acte de présence, rire quand il le faut, tout ça.

Je ne sais pas moi, s'il y aura quelqu'un qui me lira un jour. Si parmi ces quelqu'un, quelqu'un se reconnaitra, un peu. Il n'a pas fait beau et j'ai un peu froid.

Froid dedans, froid dehors, et des questions, partout. Ca ne se voit pas hein, mais je dois approcher de mes dix ans sur cowblog.
Dix.

<< Page précédente | 1 | Page suivante >>

Créer un podcast